Les Ignobles dans Le Petit Bleu

Un article sur Les Ignobles paru dimanche 3 avril dans le journal Le Petit Bleu.

 

Le plaidoyer pour la tolérance d’Huguette Conilh

«On ne devrait jamais avoir à s’excuser d’être soi-même» reprend Huguette Conilh en exergue de son dernier livre, «Les ignobles» publié chez «Mix Editions».

Capture
«L’écriture et moi ? C’est une vieille histoire. Pour avoir un jour eu envie d’écrire il faut d’abord avoir aimé le livre. J’ai commencé par devancer les leçons de lecture du Cours préparatoire avant d’écumer la bibliothèque du collège.» Et si l’envie d’écrire un roman, pour Huguette Conilh, date du collège il passera du temps avant la publication d’un premier ouvrage, «je noircissais des pages que je cachais bien sûr. La peur du ridicule est la première compagne de l’auteur en devenir.» Aujourd’hui; la peur est dépassée, les ouvrages existent et cherchent à refléter la réalité, «on ne devrait jamais avoir à s’excuser d’être soi-même», écrit Huguette Conilh en exergue de ce roman, «Les ignobles» que vient de publier «Mix éditions».

«Message de tolérance»…»

Huguette Conilh habite dans le nord du Lot-et-Garonne. Elle sera présente le samedi 16 avril chez Martin-Delbert pour une séance de dédicace. Elle rencontrera ses lecteurs et expliquera ce qu’elle veut transmettre comme message à travers «Les ignobles». «L’histoire raconte le parcours chaotique de deux hommes que leur orientation sexuelle a marqués de multiples blessures.» Deux hommes recueillent le frère de l’un d’eux. «Le drame survient lorsque le petit frère surprend les deux hommes dans une position sans équivoque.» Troisième roman de l’auteure, «Les ignobles» est né d’une amitié avec un jeune gay et l’expérience professionnelle d’Huguette Conilh dans le milieu médico-social. Huguette Conilh est par ailleurs membre de l’association «Ecce Homo», la seule association LGBT de Lot-et-Garonne créée à Villeneuve-sur-Lot ou le siège social est toujours implanté. «Quand le drame fait ressurgir le passé et réunit les deux frères dans la douleur, les retrouvailles ont un goût de larmes car le plus jeune veut tout et l’aîné ne peut choisir entre l’amour d’un frère et celui d’un homme. La honte chevillée au corps, ils ne savent pas qu’au bout du chemin l’amour referme toutes les blessures.»
Plus qu’un roman, «Les ignobles» est un texte de tolérance envers toutes les différences.

> «Les ignobles», Huguette Conilh, chez Mix Éditions. ISBN 978-2-37521-011-6

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s