Une chronique de La Liste de Miss Zapping (le Chien de l’enfer)

le-chien-de-lenfer_couv
Quand ce roman est sorti dans sa première version, au format papier, j’avais renseigné mon adresse mail pour que les lecteurs puissent m’apporter leur avis s’ils le désiraient. Une seule personne l’a fait, une dame qui s’est présentée comme « plus âgée » que moi, c’est-à-dire pas forcément du genre à causer wesh. Sa critique, développée sur deux pages Word, a été d’un grand bénéfice pour moi. Elle m’a rassurée quant à la catégorie de lecteurs susceptibles de lire ce roman qu’en tout premier lieu je destinais aux jeunes, et plus particulièrement à ceux pour qui la lecture est une épreuve.
En utilisant leur langage, j’espérais ainsi leur montrer que tout est point de vue, et que tous les âges pouvaient venir à leur rencontre, même celui que portait si allègrement leur grand-mère en leur filant une claque derrière les oreilles au moindre écart de langage.
Tout est histoire de point de vue, tout est histoire de belles apparences, de conventions sociales, d’hypocrites politesses (je vais encore me faire des amis, tiens). Il ne sert à rien d’apprendre aux rebelles les rudiments du respect si l’on n’est pas capable de se placer au plus près de ce qui fait leur monde. La politesse est ce que l’on a appris, le respect est ce que l’on a compris.
Bien sûr, tendre la main ne résout pas tout, mais c’est un premier geste. Je suis attachée au concept de la passerelle.

marque-pages-chien-de-lenfer

Voici l’avis de cette dame :
Je viens de terminer « Le chien de l’enfer ». Je devrais attendre, ne pas écrire à chaud, mais j’ai peur d’oublier les diverses sensations et remarques qui m’ont accompagnée jusqu’à la fin. Alors je me lance …
Tout d’abord, vous méritez grandement d’avoir été sélectionnée par votre éditeur.
Vous avez fait là un ouvrage parfaitement bien construit, d’un suspense bien mené. Je l’ai lu en 2 fois seulement, la première moitié l’après-midi, et la suite le soir, car je n’aurais pas pu m’endormi avant de savoir le nom du salaud qui avait fait le coup.
Le choix de l’intrigue est pertinent et accrocheur. Cette jolie fille abimée à vie avec autant d’esthétisme (curieusement la dimension perverse est supplantée par la dimension esthétique) constitue à mes yeux l’originalité de l’ouvrage, le pivot du suspense qui peut alors se contenter de tourner autour avec des personnages plus communs mais non moins attachants.
Bref, une bonne maîtrise des règles de l’écriture. Je ne suis jamais restée sur ma faim. Du bon travail. Je vous souhaite de voir ce livre sortir du cercle intimiste de notre région, et connaître un grand succès même bien loin de Miramont.
Reste le choix du style. Votre cursus professionnel, ai-je cru comprendre, vous a longuement confrontée à cette faune jeune et désarticulée dont vous avez su faire votre miel. Il n’y avait probablement pas d’autre solution, pour cette histoire-là, que reprendre son propre vocabulaire, son folklore, son atmosphère, ses blessures si mal exprimées souvent. Vous le faites merveilleusement bien, jamais on ne le sent artificiel ou plaqué.
Mais « à votre âge » (rassurez-vous, je suis plus âgée que vous), il ne s’agit pas là de votre habituelle manière de penser, de parler, encore moins d’écrire, n’est-ce pas ?
C’est là que mes questions commencent.
Utiliser un pareil langage, même si vous avez baigné dedans, a dû vous demander beaucoup de travail. Beaucoup de relectures. Et sans doute la sévère neutralité de correcteurs tout aussi exigeants. Peut-être des ateliers d’écriture ?
Ce langage m’a fait douter de mes propres tentations d’écriture. Parce qu’il colle bien aux personnages, il m’a fait mesurer l’importance de mettre une intrigue en adéquation avec la manière de l’écrire. Il m’a même, sur le moment, fait apparaître fade le style de la plupart des petits polars qui nous environnent.
Alors je me suis dit :
N’était-ce pas risqué d’abandonner la routine académique, pour parler « racaille » ? Sans doute que non, puisque ça marche. N’avez-vous pas eu peur de vous couper d’un certain lectorat ? Je vous avoue que j’ai frémi, aux premières pages, en souvenir de certaines autres lectures de jeunes auteurs (je n’en nommerai aucun) qui croient bon d’user d’une langue réservée à eux et vous renvoient à vos cheveux blancs. Ah oui ! J’ai rouspété en ouvrant votre livre ! Et puis c’est venu, tout doucement. C’est le décompte de Vincent qui m’a accrochée (intelligent, le décompte). Ensuite on trouve des pépites, des images piquantes, des remarques fines, alors on pardonne un peu. Puis on rentre dans le climat. Et on ne s’arrête plus.
Si vous avez mesuré le rapport bénéfice/risque et opté pour le bénéfice, vous avez gagné.
Publicités

3 réflexions sur “Une chronique de La Liste de Miss Zapping (le Chien de l’enfer)

  1. J’aime beaucoup cette idée de la passerelle. « La politesse est ce que l’on a appris, le respect est ce que l’on a compris »… C’est une phrase à citer, ça ! Et l’avis de cette dame est à la fois très juste et très flatteur. Il a dû vous faire bien plaisir, et c’est mérité !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Guillemette. Je me rends compte que j’utilise le même terme de passerelle pour les Ignobles, parler de la différence au travers de mon expérience professionnelle et aller à la rencontre de ceux qui souffrent de l’intolérance à ces différences.
      Oui, je pense que la politesse est un conditionnement. D’ailleurs, dès que l’on croise quelqu’un, qu’elle question vient en premier ? « Comment allez-vous ? » Est-ce que vraiment on se soucie toujours de la réponse ? C’est un automatisme.
      Le respect a une forme de sincérité plus évidente, je pense.
      L’avis de cette dame m’a fait très plaisir, en effet, surtout parce qu’elle était plus âgée que moi et que ça avait fonctionné pour elle. Du coup, je me suis dit : « C’est gagné ! »

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s