Dis, Tata, c’est quoi pour toi l’édition ?

19266783_s

Dis, Tata, c’est quoi pour toi l’édition ?
Bonne question ! Je vais tenter de te répondre. Cinq ans plus tard, deux nouvelles publiées dont une gratuite, trois romans édités dont deux en passe d’être réédités, je crois que je peux avancer un avis sur la question qui n’engage que moi (je suis sympa, je préviens).
Seules les premières fois recèlent l’éblouissante magnificence d’un feu d’artifice. Après, malgré tout le bonheur du monde rattaché au nouveau vœu exaucé, l’effet n’est plus le même.
Et puisque le sujet de l’édition nous occupe, parlons de celle d’un premier roman. Tout nouveau, tout beau :
Oh, joie d’avoir enfin attiré l’attention d’un éditeur (dont tu signes, les yeux pleins de rêves, le contrat rédigé en chinois).
Oh, bonheur incommensurable de tenir le produit fini entre tes mains avides de reconnaissance (dont la couverture sur fond rose te convient moyennement).
Oh, fierté suprême lorsque de parfaits inconnus débattent sur l’histoire que tu as portée si longtemps en ton sein, et mettent en lumière les personnages issus de ton moi intime (oui, quel auteur oserait affirmer que son premier roman ne se mire pas dans son propre reflet).
Mais une publication n’en entraîne pas forcément une autre. Tu t’aperçois très vite que ton second roman ne sera pas aussi facile à caser, surtout si tu écris comme moi dans des genres différents.
Je passe sur les déconvenues des publications suivantes ; toutes les erreurs sont profitables. Ce n’est pas de la réussite que l’on tire l’expérience, mais des échecs. Ce sont eux qui font avancer, parce qu’un échec suppose une remise en question et donc un changement d’aiguillage (à moins d’être l’âne qui ne comprend pas où le bât blesse).
Alors, c’est quoi pour toi l’édition, ma Tata ?

13262888_s

L’édition, c’est un travail d’équipe. Le travail d’équipe, elle connaît bien, la Tata ; elle l’a pratiqué pendant vingt ans dans le milieu du médico social, en équipe pluridisciplinaire, un secteur où il est impossible de travailler seul car on est face à l’humain.
Et l’humain, tu comprends, ça vit, ça bouge, ça respire et ça agit selon la structure mentale sur laquelle il s’est construit, déficiente ou non.
Eh bien, l’objet livre c’est pareil. C’est un peu comme un mutique avec son histoire enfermée à l’intérieur. Il va falloir aller porter la bonne parole pour lui, parce qu’il n’a pas ce qu’il faut pour le faire tout seul.
Alors, il y a qui dans cette fine équipe (non exhaustive), ma Tata ?
Selon les maisons d’édition, il y a un éditeur (oui, Dieu est multiple, en fait), un adjoint à l’édition, des directeurs de collections et de publication, un comité de lecture, des graphistes, des correcteurs…
Et des intervenants extérieurs : libraires et autres librairies en ligne…
Et pourquoi cette fine équipe a choisi d’éditer ton livre, ma Tata ?
Parce qu’elle y croit. Aimer ne suffit pas, il faut savoir pourquoi. Et elle, elle y croit pour x raisons qu’il est inutile de détailler ici, elles sont propres à chaque équipe. Mais tu sais que tu n’es plus seule, tu vas bosser en équipe, et ça c’est un vrai cadeau.
Un avant-goût du succès, peut-être ?
Elle y croit dur comme fer, la Tata, parce qu’elle sait qu’elle est tombée sur la bonne maison pour l’épauler.

41747764_s

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s