L’intolérance à la différence est partout

bc

Ce n’est pas un hasard si j’écris sur la différence. Je l’ai côtoyée pendant 20 ans, d’abord en accueil de jour, puis en internat avec des personnes très déficitaires.
Mais cette différence est en chacun de nous, et si j’ai appris quelque chose dans ce métier, c’est bien que la différence de l’autre est toujours considérée pire que la sienne. La différence fait peur ; elle suppose que cette horreur en face de nous pourrait être la nôtre ou faire partie de notre famille, de notre cercle d’amis qu’il faudrait choisir de continuer à fréquenter ou non. De là à susciter de l’intolérance, il n’y a plus qu’un pas. Il faut rejeter sur l’autre ce qui intolérable pour soi. Le « Oh, mais comment peuvent-ils les sortir ! » à propos des personnes handicapées, veut dire en quelque sorte « Si j’avais un enfant dans un tel état, j’aurais honte de l’emmener dans les magasins » (projection). Je ne sais même pas si on peut être blâmé de n’avoir pas compris.
L’homosexualité fait partie des différences. Un jour, un ami gay m’a dit : « Moi, ce que je voudrais, c’est qu’on me foute la paix avec ma différence. Je voudrais être comme tout le monde. » Je lui ai répondu que je n’étais pas d’accord, que vouloir lisser les différences pour créer un monde uniforme était impossible, et que sans doute de là naissait l’intolérance. J’avais déjà écrit Les Ignobles, et c’est avec eux, en côtoyant ces personnes exceptionnelles à mes yeux, dans cette association LGBT, que j’ai compris à quel point j’avais encore des choses à dire sur ce sujet. Dans un prochain roman, à n’en pas douter.
Mais surtout, ce qu’il faut retenir, c’est que l’intolérance se niche partout, chez les plus éduqués comme les moins bien lotis, dans toutes les couches de la société, et même chez les différents eux-mêmes. Oui, un handicapé peut se payer la tête de celui qu’il considère plus handicapé que lui (ce n’est pas une généralité, bien sûr). L’intolérance existe entre différents, et c’est ce que j’ai voulu montrer, entre autres choses, dans ce roman.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s